Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 07:23

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv35356624.jpg

Recueil de textes de 232 pages publié aux éditions Kirographaires le 1er mars 2012.

 

Quelques mots sur l'auteur :  Déborah Galopin est née le 6 novembre 1991. Au lycée elle a suivi un cursus littéraire. Passionnée, elle poursuit ses études afin de pouvoir travailler dans le milieu du livre et de l'édition. La boîte de June est son premier ouvrage.

 

Quatrième de couverture :  "Lorsque June, jeune fille énigmatique et rêveuse, couche sur papier ce qui lui emplit le coeur et l’esprit, elle enveloppe ses mots d’émotions pour livrer des textes poignants. Personne torturée et constamment en quête d’elle-même, elle dévoile ses maux et ses sentiments les plus intimes à travers son journal, y mêlant amour, amitié, solitude et mal-être intérieur. La boîte de June est le récit quotidien d’une jeune fille qui pourrait bien se cacher au fond de tous, elle évoque les souffrances de l’adolescence et les réflexions sur l’essence même de la vie. Perdue parmi l’encre de ses mots, elle n’aspire qu’à une chose : être en paix et en harmonie avec son âme."

 

Mon avis : Je tiens d'abord à remercier Déborah Galopin et les éditions Kirographaires de m'avoir fait découvrir ce recueil de textes.


Ce sont des textes bien écrits, dans un style assez poétique et agréable à lire si l'on ne tient pas compte des "coquilles" qui parsèment ce recueil. Ce sont des textes très sombres qui reflètent bien, à mon sens, l'état d'esprit des adolescents. Il y est question d'amours déçus, d'amitié contrariée et de tous les petits tracas qui se manifestent à l'adolescence. Lire ce recueil de textes, c'est plonger au coeur du ressenti de l'auteur au cas particulier mais qui peut être généralisé à tous les adolescents de notre époque.

 

June, le personnage principal, l'auteur du journal intime et des textes qu'il contient apparaît comme une jeune lycéenne, puis étudiante, exigente parfois intransigeante et même agaçante mais aussi drôle, amusante et touchante. Une dualité de caractère qui fait aussi son charme.


Globalement ce fût une lecture intéressante et parfois émouvante mais je ne suis jamais vraiment rentrée dans les textes, j'ai lu ce recueil de manière extérieure et détachée. Même si certains textes m'ont rappelé ma propore vie adolescente, ce qui sera le cas pour chaque lecteur, d'autres textes m'ont paru un peu exagérés. Je pense que cela est en grande partie du à mon âge bien éloigné de l'adolescence et qui m'a fait porter un regard plus mature sur les différentes situations. Je pense que c'est un ouvrage vraiment destiné à une tranche d'âge 15-20 ans et qu'après on est trop "vieux" pour comprendre les états d'âme adolescents décrits dans ce recueil.  


Bref, ce fût une lecture intéressante qui m'a plu mais qui ne correspond pas forcément à mon caractère.

 

Ma note : étoileétoileétoile

Repost 0
Published by tigrou4145 - dans Témoignage
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 15:42

http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv68509758.jpg

"En 1988, Anne Bouferguène a quinze ans lorsqu'on lui annonce qu'elle est porteuse du virus du sida. À l'époque, c'est une condamnation à mort. Pour faire face, elle choisit d'enfouir son secret et de se dépenser sans compter quel que soit le temps qu'il lui reste à vivre. Déjouant la fatalité, elle devient championne de France d'escrime, brillante étudiante, puis directrice générale d'une grande société et mère de deux enfants. Mais pendant toutes ces années, elle aura continué à taire sa maladie par crainte du jugement porté sur les «séropositifs». Aujourd'hui, à trente-neuf ans, elle n'a plus peur de parler. Son témoignage, celui d'une miraculée, mais aussi d'une battante, offre sur le VIH un éclairage nouveau qui pulvérise tous les clichés."

*****

J'aime beaucoup lire des témoignages car ils sont le reflet de la vie de gens particuliers à qui il arrive des choses qui ne doivent pas rester tues.

Dans ce livre, l'auteur nous raconte sa vie, comment elle s'est retrouvée à 15 ans, quand la vie ne fait que commencer, contaminée par le virus du SIDA et comment elle a défié le temps et la maladie.

J'ai beaucoup aimé la façon dont elle a choisi de parler de sa maladie car on avait l'impression qu'elle en faisait une personne  : "cet hôte indésirable (...) ce minable, ce rat d'égout, cette mauviette, ce raté que je feins d'ignorer". 

Les chapitres sont courts, le style est fluide et le tout se lit très facilement. 

C'est un témoignage émouvant de force et de courage. L'auteur a choisi de taire sa maladie pendant de très longues années et de se battre pour réussir sa vie, si courte pourrait-elle être.

Ce fût une lecture plaisante, porteuse d'espoir car ce livre montre qu'on peut être séropositif et réussir sa vie professionelle et familiale, avoir des enfants et rouver l'amour.

Pour autant il ne faut pas oublier le carcactère gravissime de cette maladie dont on ne guérit pas (pour le moment) et dont il faut absolument se prémunir par l'utilisation de préservatifs.

Bref, un témoignage intéressant et très agréable à lire mais à considérer avec un peu de retenue.

 

Repost 0
Published by tigrou4145 - dans Témoignage
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 09:30

des-petits-pas-sur-le-sable-mouille.gif

"L'histoire commence sur une plage, quand Anne-Dauphine remarque que sa petite fille marche d'un pas un peu hésitany, son pied pointant vers l'extérieur. Après une série d'examens les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d'une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste que quelques mois à vivre. Alors l'auteur fait une promesse à sa fille : "Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres petites filles, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d'amour". Ce livre raconte l'histoire de cette promesse et la beauté de cet amour. Tout ce qu'un couple, une famille, des amis, une nounou sont capables de mobiliser et de donner. Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu'on ne peut plus ajouter de jours à la vie"

 

 

*****

 

 Il s'agit là d'un magnifique témoignage de courage, d'amour et de force de caractère car ce que ne dit pas la quatrième de couverture c'est que l'auteur est enceinte et que, un malheure ne venant jamais seul, après l'accouchement elle apprend que son bébé est atteint de la même maladie avec toutefois l'espoir de le sauver par une greffe de moelle osseuse.

 

C'est un livre qui est très bien écrit, qui se lit plus ou moins facilement en fonction du degré de sensibilité du lecteur et qui permet d'appréhender tous les apsects de cette terrible maladie.

 

J'ai été très touchée par cette histoire et j'avoue qu'en posant les yeux sur mes enfants dont la petite dernière vient d'avoir un an, je me suis dis que j'avais de la chance qu'ils soient en bonne santé tout en jetant un oeil plus appuyé sur la façon de marcher de ma petite fille.

 

Bref, un livre à lire absolument!!!

 



 

 

 


Repost 0
Published by tigrou4145 - dans Témoignage
commenter cet article
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 07:20

danbe.jpg

"Quand Marie Desplechin rencontre Aya Cissoko, elle est touchée par la singumarité de son histoire. Née de parents mailens, Aya a connu une petite enfance habitée de souvenirs délicieux, qui prend fin avec les disparition de son père et de sa petite soeur dans un incendie. Elevée par sa mère dans le respect du danbé, la dignité en malinké, Aya apprend à surmonter les épreuves et trouve dans la boxe un refuge".

 

*****

 

C'est un très court roman qui se lit très  rapidement. L'écriture est simple et fluide, elle permet de bien retranscrire les émotions d'Aya.

 

 C'est un témoignage touchant qui montre que, malgré les dures épreuves de la vie, il est possible de s'en sortir.

 

Aya, malgré les difficultés qu'elle a réncontrées, la mort de son père, de sa petite soeur et de son petit frère dans un incendie, la maladie de sa mère , a toujours su se relever et combattre que ce soit dans la boxe ou dans la vie. Un courage et une obstination qui forcent l'admiration, en tous cas la mienne.

 

Ce roman est aussi un bel hommage à sa maman qui a refusé de retourner au pays après le décès de son mari et qui s'est battue pour offrir une vie meilleure à ses enfants malgré ce que les membres de sa communauté pouvaient en penser.

 

C'est une très belle histoire racontée avec beaucoup de sobriété.

 

Bref, un roman à lire !!!

Repost 0
Published by tigrou4145 - dans Témoignage
commenter cet article
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 09:00

                   meme le silence a une fin 

"La liberté était mon unique oxygène"

 

 Qu'on l'aime ou qu'on la déteste, il y a une chose que l'on ne peut nier : ce qui est arrivé à Ingrid Bétancourt fût une terrible épreuve.

     
Dans ce livre témoignage, elle nous raconte ce qu'elle a vécu et ressenti pendants ses si longues années de captivité au sein des FARC, 6 ans et demi tout de même!!

 

Alors certes on connaît le dénouement heureux de son histoire mais cela n'ôte en rien son intérêt à la lecture de ce récit émouvant, parfois dur mais tellement captivant.

 

En effet, dans un style fluide et extrêment facile à lire, Ingrid Bétancourt a su faire en sorte que le lecteur, bien que sachant déjà le fin mot de l'histoire, ne cesse de tourner les pages pour savoir ce qui va se passer ensuite...


Elle nous fait découvrir la jungle colombienne si hostile et recélant pourtant des trésors de beauté naturelle, qu'elle cherchera à péserver au mépris de ses propres besoins. En effet dans un passage du roman alors qu'elle-même et ses compagnons d'infortune étaient "morts de faim", elle se manifeste violemment lorsqu'un guerillero veut tuer une sorte de sanglier sauvage au motif que c'est une espèce en voie de disparition.


Elle nous embarque également dans le monde des FARC en nous décrivant son organisation ultra hiérarchisée où rien ne se fait sans autorisation et les relations complexes qui se sont nouées avec les guerilleros et les guerilleras, à la fois geôliers et "amis" pour certains. 


Ingrid Bétancourt apparaît dans ce récit comme dotée d'une incroyable force de caractère, en tous cas au début, animée par une détermination farouche à ne pas baisser les bras et à essayer, coûte que coûte et au mépris de sa vie, à retrouver la liberté et en attendant, à ne pas perdre sa dignité.


Au début un peu récalcitrante à lire ce pavé de 690 pages écrites en taille de police n°6, je me suis pourtant vite retrouvée embarquée dans l'histoire et ai vraiment apprécié cette lecture qui, à mon sens, fait prendre au lecteur toute la mesure du cauchemar vécu par les otages.


Bref, un roman à lire pour que personne n'oublie ce que vivent les otages, ceux dont on parle mais surtout ceux dont on ne parle pas, qui se font enlever pour servir des "guerres" auxquelles ils ne sont pas parties.

Repost 0
Published by tigrou4145 - dans Témoignage
commenter cet article

Lecture en cours

 

 

                Vengeances

 

      Ce livre m'a été prêté par la librairie Chapitre à Orléans dans le cadre de leur Club de lecture

 

Recherche

Mes chouchous

Paperblog

 

 

logo MyBOOX

 

BabelioBabelioBabelio

Mon profil sur Babelio.com